• 30 avril 2017 : Journée nationale du souvenir et de la déportation

    by  • 30 avril 2017 • Jadis ou naguère • 0 Comments

    2831

    Entrée du camp d'Auschwitz

    Entrée du camp d’Auschwitz

    Extrait de « L’Histoire de France pour les Nuls »

    Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste

    Le 27 janvier 1945, un détachement des troupes soviétiques découvre le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, à l’ouest de Cracovie en Pologne.

    1945 – 2005. Auschwitz-Birkenau : « Plus jamais ça ! »

    Le coeur serré par l’émotion, c’est à vous tous, ici rassemblés, que je m’adresse. Il y a soixante ans, les barrières électrifiées d’Auschwitz Birkenau tombaient, et le monde découvrait avec stupeur le plus grand charnier de tous les temps. Plus d’un million et demi d’êtres humains avaient été assassinés : le plus grand nombre d’entre eux gazés dès leur arrivée, simplement parce qu’ils étaient nés Juifs. Sur la rampe, toute proche d’ici, les hommes, les femmes, les enfants, brutalement débarqués des wagons, étaient en effet sélectionnés en une seconde, sur un simple geste des médecins SS. Mengele s’était ainsi arrogé droit de vie ou de mort sur des centaines de milliers de Juifs, qui avaient été persécutés et traqués dans les coins les plus reculés de la plupart des pays du continent européen.

    Ainsi commence l’allocution prononcée en 2005 par Madame Simone Veil au nom des anciens prisonniers juifs, à l’occasion de la cérémonie internationale de commémoration du 60e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau par l’Armée soviétique. Cette commémoration s’ouvre le 27 janvier 2005 ; elle commence par le sifflement et le bruit d’un train qui freine brusquement, rappelant ainsi l’arrivée des sinistres convois au camp d’extermination. La France est représentée par le Président de la République, Jacques Chirac, la Russie par Vladimir Poutine, l’Allemagne par Horst Kholer – qui demeurera silencieux -, l’Italie par Silvio Berlusconi, la Suisse par Samuel Schmid, la Grande Bretagne par Jack Straw, son ministre des affaires étrangères, Israël par Moshe Katsav, son président, et les Etats-Unis par Dick Cheney, vice-président. Madame Simone Veil, elle-même déportée à Auschwitz, a terminé ainsi son allocution :

    Venus de tous les continents, croyants et non croyants, nous appartenons tous à la même planète, à la communauté des hommes. Nous devons être vigilants, et la défendre non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes. Nous, les derniers survivants, nous avons le droit, et même le devoir, de vous mettre en garde et de vous demander que le  « plus jamais ça  » de nos camarades devienne réalité. 

    About

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *